M.H.Renaudin  meurt en janvier 1914.

Après son décès l’Hospice est administré par deux exécuteurs testamentaires de la succession, Messieurs Dugave et Vallet, puis, à la demande de ces derniers,  par deux administrateurs nommés par le tribunal le 27 mars 1919.

Durant cette période il a manqué aux uns et aux autres les ressources suffisantes pour entretenir l’établissement et y apporter les améliorations nécessaires. Celui_ci posséde un  bâtiment en bordure de la rue Voltaire, ancien orphelinat transformé en annexe de l’Hôpital- Hospice qui abrite des vieillards. Il est apparu à la commission administrative que le chauffage central déjà installé  dans le pavillon principal s’imposait parce que son emploi constituait une économie très sensible de combustible et d’entretien ; d’autre part la buanderie, qui assurait l’entretien chaque semaine du linge d’une soixantaine de personnes demandait une réparation complète.

Ces constations sont faites le 21 avril 1926. Ce n’est que le  21 décembre 1929, qu’un décret du Conseil d’État reconnait l’Hospice Renaudin comme “établissement communal”.

Les commentaires sont fermés.