Archive pour janvier 2011

La carte postale reproduite ci-contre pourrait faire l’objet d’une devinette. En effet,  peu de gens à Sceaux se souviennent que l’entrée principale  du château de la marquise de Trévise se trouvait sur la route d’Orléans tout en bas de l’ Allée d’ Honneur jusqu’en 1932.

Le portail était surmonté d’un médaillon sur lequel on devine la lettre T, initiale du nom de cette famille anoblie sous l’Empire. Ce médaillon supportait la couronne ducale garnie de fleurs de lys . On aperçoit une partie du mur d’ enceinte, disposé en arc de cercle autour du portail ; il était flanqué de piliers ornés de vases de céramique qui provenaient peut-être de la faïencerie de Bourg-la-Reine.

Le portail grand ouvert nous montre en perspective, l’ allée qui conduisait jusqu’au château. Elle était bordée de talus herbeux et de rangées d’arbres formant berceau, sans doute sous l’effet d’un quasi abandon . On sait que le département de la Seine fit l’acquisition du domaine en 1923, et que ses diverses parties furent progressivement remises en état. La partie gauche,  en haut de l’ allée,  fut lotie ; de nouvellesvoies furent créées.

En 1932, pour desservir ces nouvelle rues, l’ allée fut élargie et transformée. Le sol fut creusé à 1,50 m en dessous du niveau précédent. La grille fut enlevée, le mur d’enceinte démoli,  ainsi qu’une tour en brique,   pierre et ardoise qui le flanquait d’un côté. Les débris servirent à remblayer les trottoirs du bas de la rue Houdan qu’on élargissait au même moment. L’aspect domanial et négligé disparut rapidement.

Désormais les passants qui remontaient la nouvelle avenue pouvaient voir sur leur droite le Lycée Lakanal qui offrait la masse verte de son parc. Sur la gauche, entre la route d’Orléans et la tranchée du chemin de fer d’Orsay creusée vers 1850, on pouvait voir la roseraie et le verger des Pépinières Nomblot-Bruneau, installées vers 1880 à la place de l’ancien marché aux bestiaux de Colbert. Ce marché était fermé depuis 1867. En 1870 les Bavarois qui occupaient la région y installèrent leurs troupeaux de moutons, et en 1881, le terrain est vendu au marquis de Trévise.

En 1932, on pouvait encore voir les restes délabrés de la chapelle du marché construite sous Colbert, ainsi que le mur de l’enclos qui enserrait les pépinières. L’ ancienne hôtellerie du marché est devenue propriété privée ; elle a été inscrite partiellement en 1992 à l’inventaire des Monuments Historiques. Ce n’est qu’entre 1950 et 1960 que ces terrains furent lotis et que les résidences de l’ Allée d’Honneur et de l’ Allée de Trévise furent construites. L’école construite en 1961- 1962,  prit le nom du Petit -Chambord,  nom d’une propriété qui était située , au 19e  siècle, en face des pépinières,  sur la commune de Bourg-la-Reine .